La fraude à l'emploi

Morgane Coat, candidate à la maîtrise

Version téléchargeable en français

Version téléchargeable en anglais 

Introduction

La fraude à l’emploi consiste en « une offre d'emploi assortie d'un salaire élevé et de la possibilité de travailler à distance avec un horaire flexible. Pour obtenir l'emploi, le candidat doit remplir des formulaires qui exigent des renseignements personnels de nature délicate, et peut être tenu d’acheter de l'équipement avec ce qui s'avère être un faux chèque. La victime peut également avoir à payer pour obtenir une "formation", ou peut être "surpayée" avec un faux chèque dont on lui demandera de transférer la différence »1. En 2018, la fraude à l’emploi a été considérée comme étant la fraude la plus risquée pour les nord-américains 1 2. En 2018, au Canada, les fraudes à l’emploi ont fait perdre plus de 4,5 millions de dollars à 412 personnes 3.

Profil des victimes

Selon le Better Business Bureau, en 2018, la fraude à l’emploi représentait la fraude la plus risquée pour les étudiants, les militaires/vétérans, et pour les individus âgés de 18 à 24 ans 1. Selon un autre auteur, ce risque d'être arnaqué reste élevé jusqu’à 29 ans4. Toutefois, une autre étude démontre que, bien que les 45 à 54 ans signaleraient davantage une telle fraude, toutes les catégories d’âge seraient aussi susceptibles d’en être victimes 5. Les individus ayant des revenus annuels moins élevés sont également plus à risque 5. Les nouveaux arrivants dans un pays pourraient également être plus à risque 6.

Facteurs de risque

Les personnes qui cherchent activement un emploi, ou qui cherchent un emploi mieux rémunéré, sont plus susceptibles d’être victime d’une fraude à l’emploi 5.

Recommandations

 

Des campagnes de sensibilisation sur les fraudes à l’emploi au sein des centres d’emploi ou sur les sites internet légitimes de recherche d’emploi devraient être menées afin d’aider les individus à distinguer ces dernières des offres légitimes 5. Considérant que les chèques sont de moins en moins utilisés par les jeunes adultes, il pourrait être utile d’éduquer ces derniers à l’utilisation et au fonctionnement des chèques 1.

Limites

Pour le moment, presque aucune étude empirique ne s’est encore attardée sur la victimisation à la fraude à l’emploi. Les quelques études menées se sont surtout intéressées aux algorithmes et aux manières dont les sites internet de recherche d’emploi peuvent distinguer les offres frauduleuses des offres légitimes publiées.


En Australie, les statistiques démontrent que durant les trois dernières années, le montant des pertes financières résultant d’une fraude à l’emploi était jusqu’à quatre fois plus élevé aux mois de juin et de juillet par rapport au reste de l’année. Il pourrait donc être intéressant d’explorer davantage cet aspect au Canada7.

Références

1 Better Business Bureau. (BBB). (2019). Tech-Savvy Scammers Work to Con More Victims: 2018 BBB Scam Tracker Risk Report. BBB Institute for
Marketplace Trust.
2 Le risque correspond à l’exposition (prévalence de l’escroquerie auprès des individus ayant subi des pertes financières ou n’ayant pas subi ce genre

de pertes) X Susceptibilité (probabilité de perdre de l'argent lorsqu'on est exposé à un type d'escroquerie) X Montant de perte financière médian
(montant médian en dollars des pertes déclarées pour un type d'escroquerie) (BBB, 2019).
3 Centre anti-fraude du Canada. (2019). Données non-publiées.
4 Howington, J. (2015. 12 septembre). Survey: More Millennials Than Seniors Victims of Job Scams. Flexjobs.
5 Jorna.P. (2016). The relationship between age and consumer fraud victimisation. Trends and Issues in Crime and Criminal Justice, 519(2016), 1-16.
6 Rickard Straus, R. (2020, 26 février). Fake job offer scam dupes thousands into laundering money for criminal gangs. This is Money.
7 Australian Competition and Consumer Commission (ACCC). (2019). Scam statistics . 

© 2019 par CRPC-RCCP.Tous droits réservés